Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 16:58

Il était trois gros popotins,

Faisant la révérence, au bout du chemin.

La croupe dans le vent, l'air de rien,

Carcadant dans un esprit mondain,

Les oies épient les pas incertains...


Bien malheureux, aux téméraires,

Qui osent franchir les limites de la sphère,

Imposées par les becs dentés de l'enfer,

Les oies trépignent, le buste droit vers la guerre...


Mais, malicieuses, prenez garde à vos ailes,

Quand, dans un excès de rage,

Je transformerai votre plumage,

Dans un oreiller de dentelle...

Céline.

trois-gros-popotins.jpg


Photo Céline.

Partager cet article

Repost 0
Published by Céline - dans poésie
commenter cet article

commentaires

didou 11/01/2010 08:20


ah magnifique ces demoiselles mais quel caractere!


Céline 11/01/2010 08:53


La prochaine fois, on donnera une bonne leçon à ces oies blanches.
Nous n'avons pas dit notre dernier mot ;-))


pierre 06/01/2010 20:06


de pierre alias "norman" :
Céline ,j'aime aussi beaucoup ton texte ...


Céline 06/01/2010 22:57


Mais je les connais bien les demoiselles, je ne me fie pas à leurs belles plumes blanches. :-)
Merci, ravie que ça te plaise.


norman 06/01/2010 20:00


belle photo, superbe composition....,
tout y est ...,même le "mouvement"....!!!

il faut toujours se méfier des "oies blanches"...
elles n'affichent pas toujours la couleur ... :-))


andré perchet 06/01/2010 17:36


Leurs gros popotins, les fourrer de farce, faire cuire à 180 degré pendant six heures, servir chaud avec le jus éclairci au cognac


Céline 06/01/2010 22:56


La prochaine fois, je les menacerai avec une bonne bouteille de cognac à la main, et je suis sûre qu'elles feront moins les fières :-)


Présentation

  • : Le blog de Céline
  • Le blog de Céline
  • : A la vie, parce qu'elle est comme un roman dans lequel les pages glissent sous nos doigts. Les mots défilent sous nos yeux dans un tourbillon de sentiments, l'amour à la haine, la joie à la tristesse, les rires aux pleurs.... Ces petits riens qui font tout, emportés, oubliés dans la ronde incessante du monde. Des mots qui s'associent à des maux à venir, à ressentir et à s'envoler.....
  • Contact

Merci de votre visite

délire